danny-howe-bn-D2bCvpik-unsplash 2.jpg

Rejoignez le premier mouvement mondial  pour mettre fin à la maltraitance des enfants

  • TIKTOK
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

#WeToo Événements & Concerts avec les meilleurs artistes
pour arrêter la maltraitance des enfants
Paris - Copenhague - Shanghai - Séoul - Londres - New York - Los Angeles

LILAC LOGO BLANC.png
 

Hanna Dam-Stokholm
Fondatrice

Le mouvement #WeToo est né de la volonté d'améliorer la protection des enfants dans le

monde.

 

Découvrez le témoignage

d'Hanna Dam-Stokholm, Fondatrice

Capture d’écran 2021-06-07 à 22.02.40.pn
 

QUELQUES FAITS SUR LA MALTRAITANCE INFANTILE

L'UNICEF estime que 55 millions, soit un enfant sur cinq, en Europe et 1 milliard d'enfants, soit un sur deux dans le monde, sont victimes d'abus chaque année, même si la législation en vigueur pour les protéger est plus importante que jamais . Pendant Covid, les taux de trafic d'enfants, de violence domestique et d'autres maltraitances d'enfants augmentent. Les droits des enfants sont niés et ignorés dans des systèmes dysfonctionnels et en raison d'un manque de volonté et de capacité a appliquer les lois.

 

Rien qu'en Europe, on estime que 581 milliards de dollars sont dépensés chaque année pour tenter de réparer les conséquences psychologiques résultant des traumatismes des abus, notamment la toxicomanie et la criminalité. Un montant similaire est consacré pour poursuivre et gérer les criminels par le système judiciaire.

 

Ajoutez à cela la douleur cachée et indicible que chaque individu subit lorsqu'il se voit privé de son innocence, de son sentiment de sécurité, de son amour et de sa voix par la maltraitance des enfants.

 

C'est une condamnation à perpétuité qui est inacceptable.

 

Il serait plus judicieux d'intervenir tôt et de mettre fin à la maltraitance des enfants en appliquant les lois en vigueur et en activant des solutions pour changer les choses rapidement.

 

#WeToo va sensibiliser et lever des fonds, distribuer efficacement et faire campagne pour des actions en urgence.

 

Rejoignez-nous pour changer des vies.

 

Arrêtez la maltraitance des enfants

Image de Lucas Metz
 

NOUS CONTACTER

#WeToo a pour objectif d'arrêter les abus sur les enfants et toute forme de violence (psychologique physique,sexuelle ou négligence). Cet espace a été crée pour les victimes , les survivants ainsi que pour les professionnels et les protecteurs qui ont rencontré des enfants abusés . En partageant votre histoire , leur histoire vous apporter votre aide afin de faire prendre conscience de cette situation, d' identifier les difficultés et trouver des solutions .

 

IL S'AGIT D'UNE PLATEFORME DE TEMOIGNAGES ANONYMES - MERCI DE NE PAS INCLURE VOTRE NOM    

En cliquant sur envoyer, je donne mon accord pour que mon histoire soit partagée sur ce site*

* L'organisation couvre toute entreprise, gouvernement, lieu de travail/institution religieux ou militaire * En publiant votre témoignage et en cochant, vous acceptez notre politique de confidentialité - Vous acceptez également les conditions d'anonymat de vous-même et de toutes les personnes mentionnées - cela concerne également la non-copie des témoignages sur le site avec l'intention de republier ailleurs où des détails auparavant anonymes peuvent être révélés. - Veuillez soumettre de manière responsable : il s'agit d'un espace anonyme uniquement et #WETOO ne tolère pas la nomination des personnes impliquées. #WETOO ne se substitue pas à une forme légitime de signalement, via une institution ou via la police.

Nous nous réservons le droit de ne pas mettre les témoignages que nous considérons en inadéquation avec la protection de l'enfance.

Lire les témoignages

"Ma sœur travaille si dur avec ses devoirs et papa fait comme ça..." (La fille montre comment son papa frappe fort sa soeur sur le côté de la tête et crie en imitant son papa) " " CE N'EST PAS BON .... TU ES TELLEMENT STUPIDE... STUPIIIIDE....

"Elle (belle-mère) calme papa, elle aide ma sœur... parfois quand elle est vraiment en colère, elle frappe aussi, mais pas aussi fort"

Fille condamnée à vivre avec son père et sa compagne  par les tribunaux  malgré de multiples dénonciations  d'abus

France 2020

"Mes expériences d'avoir été négligée quand j'étais enfant m'accompagnent tous les jours. Personne n'était là la plupart du temps et, même quand ils étaient là, ils n'étaient pas  là car ils étaient sortis. C'était juste l'enfer.

Maman ne remarquait même pas si j'étais allé à l'école ou non, car elle était toujours à l'étage des blessures au visage. Je voulais aller à l'école car je ne voulais pas une vie comme celle de mes parents. J'avais essayé de parler a écoles, mais ils pensaient que parce que j'étais une bonne fille, il ne se passait pas grand-chose.

"J'étais souvent livré à moi-même et je me sentais si seule. Je me sentais même seule quand maman et papa étaient à la maison parce qu'ils n'étaient tout simplement pas là, comme si mentalement ils étaient complètement ailleurs."

"Je me sentais souvent faible et le plus difficile ca a été  quand j'ai essayé d'aller parler à ma mère et à mon père de leur consommation de drogue. Ils ont tout nié et n'ont cessé de crier et de crier, alors je suis parti. Je ne savais pas quoi  faire, c'était comme si tout le monde me détestait et pensait que je mentais et je sentais que j'étais complètement seule."

Fille négligée par les professionnels et les parents

Royaume-Uni 2021

"Je suis triste quand je suis avec mon père... il me frappe quand je ne suis pas bien et me dit souvent que si je fais ça il va me gifler au visage"

"Je suis triste quand il me frappe, il me frappe sur les fesses et ça me fait peur"

"Par exemple, si je laisse tomber un verre d'eau par accident, papa me gifle au visage, une fois il m'a frappé avec ses chaussures parce que j'ai égratigné sa voiture".

"J'ai peur sans savoir pourquoi, mon papa et ma belle-mère crient beaucoup et frappent..."

Un garçon maltraité pas protégé malgré de multiples constats fait par des professionnels 

France 2020

"Je vis avec ma mère et je rends visite à mon père une fois par mois, mais il me frappe, me pousse et me touche... Je me souviens qu'un jour où il nous a lancé des ciseaux, mais cela ne nous a pas touchés. Tous mes amis qui sont au courant de la situation me disent d'en parler à ma mère ou à ma prof. Mais c'est extrêmement difficile et je ne veux pas être celle qui est battue et que son père touche."

La fille maltraitée n'obtient pas la protection et le soutien dont elle a besoin car son environnement ne fait pas état de préoccupations en matière de protection.

Danemark 2021